Elus, représentants des intercommunalités et des chambres consulaires, opérateurs privés, concessionnaires, ADEME, DREAL, autres services de l’Etat et Syndicat Départemental d’Energie, ont échangé sous la houlette d’animateurs engagés par le bureau d’études en charge du diagnostic territorial.

Etat des lieux de la production renouvelable en Tarn-et-Garonne

Dans la droite ligne des orientations de la loi de transition énergétique et de l’objectif Région à Energie POSitive (REPOS) 2050, trois axes ont été ciblés : le photovoltaïque, l’éolien et la méthanisation. Le potentiel du photovoltaïque (transformation du rayonnement solaire en électricité grâce à des panneaux) est avéré et se situe principalement sur les toitures. Concernant l’éolien, le nombre de projets sera limité par la typologie du territoire. La méthanisation, autrement dit la production de biogaz à partir de la dégradation de la matière organique, présente quant à elle l’intérêt de valoriser localement les déchets. A ce jour, les projets n’en sont qu’à leurs prémices et les filières sont encore à construire.

Identifier les freins et les opportunités

Pour chaque type de production, les motifs principaux d’opposition au développement des projets ont été recensés et confrontés aux arguments qui plaident en faveur de l’essor des énergies renouvelables. L’analyse des données récoltées est en cours. La réflexion collective engagée au cours de cette journée constitue une étape clé pour la construction d’un outil d’aide à la décision. Il sera mis à la disposition des collectivités et des opérateurs qui pourront s’appuyer sur cette étude, menée en concertation, pour définir une stratégie d’impulsion des énergies renouvelables sur le Tarn-et-Garonne.

Article publié le : 30 janvier 2020