Encore une fois, de nombreux sujets sont inscrits à l’ordre du jour. Les dossiers présentés à l’Assemblée délibérante ont été préalablement discutés avec le Bureau syndical et la Commission des finances.

Le vote des documents budgétaires

L’approbation du compte administratif et le vote du budget primitif 2020 sont deux des principaux dossiers à l’ordre du jour. Les résultats budgétaires à la clôture de l’exercice 2019 sont excédentaires en section de fonctionnement et en section d’investissement. Il sera proposé de reporter 4,9 millions d’euros d’excédent sur le budget 2020. Ce dernier sera proposé à hauteur de 51,8 millions d’euros. Il est organisé autour de l’électrification rurale, activité principale du SDE 82, tout en sanctuarisant la mise en œuvre de la transition énergétique.

Le dynamisme du SDE 82 s’affiche au travers de la dématérialisation

Des moyens sont mis en place pour renforcer l’efficacité des échanges avec les élus et faciliter leur travail. Cela se traduit par la prochaine mise en ligne d’une plate-forme numérique entièrement repensée. Au-delà de la partie publique ouverte à tous, un Extranet permettra aux membres autorisés de disposer de nombreuses données les concernant. Autre innovation, il sera procédé à un test grandeur nature du vote électronique. Ce dispositif devrait être utilisé pour l’élection du Président et du Bureau syndical qui aura lieu en avril suite au renouvellement des conseils municipaux.

Les partenariats se consolident

Pour mettre en œuvre la transition énergétique, le SDE 82 s’est positionné en tant que pilote de nombreuses actions concertées et mutualisées. L’Assemblée délibérante se prononcera sur une convention de partenariat avec GRDF pour encourager la conversion des chaudières au fioul vers le gaz. Le SDE 82 apporterait sa contribution sous forme d’informations diffusées dans les communes desservies en gaz qui lui ont transféré la compétence. Une autre convention portera sur l’acceptation d’une participation financière de l’opérateur Terega, gestionnaire du réseau de transport de gaz, à l’étude de faisabilité des stations d’avitaillement en gaz naturel pour les véhicules ou en hydrogène, menée à l’échelle régionale.

Maintien du service public

Les Présidents des treize Syndicats d’énergie de la Région Occitanie, réunis début février à Nîmes, se sont inquiétés d’une possible fragilisation du service public. Et ce, en raison du projet de réorganisation d’EDF baptisé Hercule. Certaines activités d’EDF (nucléaire, hydroélectricité) resteraient publiques dans l’entité « EDF bleu ». En revanche, « EDF Vert » qui comprendrait notamment Enedis, ouvrirait son capital aux investisseurs extérieurs, avec toutes les conséquences que cette mutation emporterait pour le service public. Une motion à transmettre au Gouvernement sera proposée aux élus en opposition au démantèlement d’EDF et à la privatisation partielle d’Enedis.

Article publié le : 13 février 2020